Petite séance de relaxation pendant une balade dans la nature

Le confinement étant levé, il est plus facile de sortir prendre l'air et faire des balades.
Profitez-en pour faire un peu de méditation avec ces deux exercices :

Imagine que tu es un arbre.

Tiens-toi debout, les yeux fermés, et ressens que tes pieds, posés bien parallèlement au sol, s’enfoncent et s'ancrent très loin et profondément dans le sol comme des racines.
Te sens-tu solidement attaché ?
Tout doucement, relève ensuite les bras au dessus de la tête et étire-toi très fort, très loin, comme si ses bras étaient les branches de cet arbre qui essaye d’attraper le soleil.
Que ressens-tu alors dans son corps, du bout de ses doigts tout là haut dans le ciel, jusqu’au bout de ses pieds tout au fond dans la terre ?

Cet exercice permet de se réaligner, de se redresser, d’avoir l’impression d’occuper tout l’espace et ainsi de se sentir plus confiant.

La petite fourmi qui monte, qui monte

Allonge confortablement, et écoute l’histoire de la petite fourmi.

''Pour le lecteur :

  • le texte est disponible en pdf en cliquant ici de façon à l'imprimer pour la balade.
  • il faut bien y mettre le ton, et appuyer tous les détails. En utilisant des mots, des adjectifs qualificatifs, des adverbes liés aux cinq sens.''
  • C’est donc l’histoire d’une petite fourmi qui commence à grimper sur le gros orteil du pied, le gros doigt de pied, oups, ça chatouille un petit peu. Mais la petite fourmi continue, et pouf, elle tombe au milieu des doigts de pieds. Que c’est bizarre, c’est un peu humide et chaud par ici. Alors elle remonte sur l’autre doigt de pied.

Pour le lecteur : continuer à décrire l'exploration de quelques orteils par la fourmi.

  • Elle se retrouve ensuite sur le dessus du pied et là, elle est soulagée, c’est quand même plus facile d’avancer.
  • Elle arrive ensuite sur la jambe, au niveau de la cheville, et là c’est la forêt pour cette toute petite fourmi, il a des petites herbes aussi grandes qu’elle par-ci par-là.
  • Et puis soudain, une grosse montagne, c’est le genou…

Pour le lecteur : imaginez ensuite quelques aventures de la fourmi avant son arrivée dans le nombril, entre chaque étape décrite ci-dessous.

  • Le nombril dans lequel elle tombe.
  • Les battements du cœur qui bouge et fait beaucoup de bruit.
  • La bouche qui est humide.
  • Le nez, qui souffle comme un gros ventilateur, puis l’aspire comme un gros aspirateur.
  • Et ainsi de suite jusqu’aux cheveux, dans lesquels elle se perd dans cette jungle peuplée de grandes lianes…

Et hop elle tombe par terre !